Weezer – Éponyme

(DGC/Interscope)

Après le bleu et le vert, Weezer lance un troisième album éponyme qui, cette fois-ci, voit rouge. Sixième compact du collectif rock, Rivers Cuomo réussi tout de même un “exploit” en dévoilant leur meilleur (ou serait-ce le moins pire?) album depuis leur deuxième CD Pinkerton. Parmi les pièces de choix de cette compilation de pièces inégales, mais tout de même satisfaisantes, retenons “The Greatest Man That Ever Lived”, un véritable morceau de bravoure et opéra de poche qui abonde autant dans le hip-hop que l’aréna rock avec, pourquoi pas, un soupçon de chorale pendant qu’on y est. Sûrement l’extrait le plus hétéroclite du tout, “The Greatest Man” demeure tout de même une des plus jouissive du lot. Puis vient “Pork and Beans”, le premier tube de l’album; du “bon vieux Weezer bien rétro” qui rapelle les premières compositions du quatuor (dont “No One Else” par exemple). Sans être l’élément le plus élogieux de la discographie de Rivers Cuomo et ses collègues, “The Red Album” demeure tout de même le plus satisfaisant depuis le fameux Pinkerton, une parution qui – à l’époque – s’était méritée le même accueil mitigé que toutes les autres galettes de la troupe qui allaient suivre. Le problème provient surtout des fans indécrottables qui, 12 ans après le lancement de cette oeuvre culte, ne sont pas passé à autre chose… contrairement à Cuomo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *