Two Gallants – Jouer aux cowboys

Le duo folk rock américain s’apprête à conquérir l’est canadien.

Combo formé en 2002 à San Francisco et composé du batteur Tyson Vogel ainsi que du chanteur et guitariste Adam Stephens, la petite histoire de Two Gallants est digne d’un western spaghetti. Copains depuis la sixième année, les deux lascars auraient improvisé leurs premiers concerts en jouant sur des coins de rues. Puis en 2004, Two Gallants lançait finalement The Throes, un premier album folk rock racontant des histoires de pèquenots et de desperados qui allait charmer la critique. Deux ans plus tard, Two Gallants revient au galop sur étiquette Saddle Creek avec What The Toll Tells. Entretien avec Adam Stephens, parolier du groupe.

Rejoint quelque part sur la route entre Chapel Hill et Philadelphie, Stephens garde toujours le moral après un premier mois de tournée pour What The Toll Tells. « Il faut dire qu’on est bourré la plupart du temps! » lance le chanteur tout en conduisant « mais on s’amuse plutôt bien avec nos potes des Cold War Kids, le groupe qui nous accompagne en ce moment. » La route n’a toutefois pas toujours été de tout repos. Autrefois encensé par des médias alternatifs comme Pitchfork (un magazine en ligne plutôt influent aux Etats-Unis), Two Gallants s’est récemment fait traîner dans la boue par un collaborateur de ce même site. Jugeant la pièce Long Summer Day (une chanson inspirée d’un classique gospel abordant l’esclavagisme) « inappropriée » lorsque chantée par deux blancs becs, le journaliste Brian Howe allait rédiger une critique fielleuse de l’album. Texte qui allait vite faire le tour de la blogosphère pour finalement aboutir chez Adam Stephens. « J’ai évidemment été déçu par ce texte » raconte Stephens. « Je trouve désolant qu’on puisse dicter quel sujet un groupe peut aborder ou non. Mais bon, ce n’est qu’un avis. »

Avide lecteur (le duo tire d’ailleurs son nom d’une nouvelle de James Joyces), Stephens déclarait récemment avoir traîné plus d’une dizaine de bouquins à lire et relire en tournée. « Je ne pourrais dire lequel j’ai préféré du lot, mais mon roman préféré demeure Look Homeward, Angel de Thomas Wolfe. Je le recommande fortement. » conclue le chanteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *