Priestess – Maîtres chez eux

Après le Canada, le combo loud rock montréalais Priestess prend maintenant les États-Unis d’assaut avec son compact Hello Master.

Quatuor de cuir vêtu issu de la cuisse gauche des Dropouts (formation rock garage qui réunissait aussi des membres des Stills à l’origine), Priestess a fait beaucoup, beaucoup de bruit au cours de la dernière année. À défaut d’avoir un nom de groupe lupin ou de sombres costards, les médias états-uniens ont tout de même tenté d’insérer la troupe du chanteur Mickey Heppner au sein de cette fameuse scène indie rock montréalaise qui a capturé l’imaginaire des médias du Sud. Des mois plus tard, les étiquettes s’estompent, mais le « hype » demeure. Après une série de performances survoltées au festival SXSW ainsi qu’à la foire du CMJ de New York (où le groupe s’est d’ailleurs fait piquer de l’équipement), Priestess a capté l’attention de l’étiquette états-unienne RCA qui relancera le 13 juin prochain leur premier album.

“On a rencontré quelques étiquettes là-bas et on a finalement opté pour RCA parce que ceux-ci nous offraient une plus grande marge de manœuvre. » raconte Heppner avant d’ajouter : « Par exemple, on peut faire ce qu’on veut de notre prochain album… à moins qu’on se lance dans un CD expérimental de pièces « drone », bien sûr. » Outre cette entente, Priestess a récemment vu sa chanson « Talk To Her » rejoindre la trame sonore du jeu vidéo NHL 2007 de la boîte Electronic Arts. Interrogé à propos des mauvaises langues qui pourraient accuser le groupe de mercantilisme, Mickey n’hésite pas : « On s’en fout ! C’est une série de jeux vidéo reconnue et on adore le hockey! »

Reconnu pour ses concerts musclés, Priestess a passé les derniers mois sur la route en compagnie de grosses pointures comme Motörhead et Dinosaur Jr. Malgré les publics distincts (« headbangers » d’un côté, « hipsters » de l’autre), Heppner et sa bande ont toujours su tirer leur épingle du jeu. « La tournée avec Motörhead était incroyable. On jouait devant des foules pas mal « heavy metal », mais on s’en est plutôt bien tiré. Même chose avec Dinosaur Jr. Ce qu’on a surtout aimé des shows avec eux, c’est que ce groupe attire un public qui est vraiment ouvert d’esprit. »

Rock oblige, des tonnes d’histoires de cuites et de tournées courent à propos de Priestess. La plus incroyable se serait produite ici même il y a quelques semaines. « Mon copain Socalled (un artiste local surtout connu pour son hip hop influencé par la musique klezmer) m’a invité à faire du « freestyle » sur scène lors de son dernier concert au Divan Orange. » confie Mickey. « Bien que le rap n’est pas mon genre de musique préféré, j’écoute pas mal de tout. De Yes à King Crimson en passant par Method Man et Old Dirty Bastard. Je n’ai pas encore un très bon « flow », mais je me suis tout de même trouvé un nom de MC : c’est Madd Skillzz. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *