Poubelle n’ roll!

MC Gilles, sûrement la personnalité la plus « trash » de la province, dévoile finalement ce qu’il cache derrière sa moustache en plus de tirer à bout portant sur l’année 2007. Feu à volonté!

Fidèle à son image, le volubile personnage ne se pointe pas à notre rendez-vous en Hummer (pourquoi pas? il bosse à Radio-Canada, après tout!), mais dans un rutilant jeep Lada Niva ou l’adresse de son site web trône fièrement sur un fond rouge qui a eu de meilleurs jours. Rencontré sur le palier les bureaux de MusiquePlus, je croise le cowboy alors qu’il se lance dans un plaidoyer passionné envers « les jeux de cellulaires cheaps» devant un membre de l’équipe de M. Net qui est visiblement amusé. Au lieu de démarrer l’entretien dans un restaurant branchouillard du Vieux-Montréal, le DJ aux moult étiquettes opte plutôt pour le mail du Complexe Desjardins. Quelque part, entre les effluves de « fast food» graisseux et le brouhaha environnant, MC Gilles pose finalement son chapeau et laisse tomber son masque.

« C’est l’affaire qui me gosse le plus! » s’exclame Dave Ouellet, l’homme derrière la légende. « Lorsque je participe à des émissions et qu’on me demande qu’est-ce que je suis. Est-ce que je suis un animateur? Un humoriste? Un journaliste? » poursuit celui qui propose autant des reportages délirants à l’émission Infoman (les jeudis à 19 h 30 sur les ondes de la SRC) que des témoignages sur l’historique du genre country au Québec dans le cadre de la série documentaire Révolution (les lundis en soirées à MusiMax) en plus d’avoir touché à la fiction avec L’Gros Show et Tévé Tourista. « J’n’sais jamais quoi répondre! J’aime avoir plusieurs cordes à mon arc!» Pas si mal pour un arc qui s’est sculpté par accident!

« MC Gilles a commencé pour combler un trou! » avoue son créateur entre deux bouchées de sandwich. « Je travaillais comme directeur général à CISM à cette époque et il y avait une case horaire les vendredis matins qui me “dérangeait”, car elle était occupée par un mix préenregistré. Je me suis renseigné auprès du directeur de la programmation à l’époque sur les quotas de cette période puis je lui ai suggéré d’animer une émission qui ferait jouer autant de musique francophone, mais des tounes de poubelle! » Des années et des heures de bides plus tard, Va chercher le fusil est aujourd’hui autant diffusé sur « La Marge » que sur CHYZ à Québec, CFAK à Sherbrooke, REELà Gatineau et même à Toulouse via la station FMR 89,1 (sans oublier de permettre à Ouellet de dérider Paul Arcand tous les vendredis matins sur le 98,5). Outre le côté « amusant » du projet (autant sur les ondes que sur scène lorsque Dave organise ses fameuses soirées « trash »), ce qui ressort du petit empire de Ouellet – on peut aussi se procurer des gaminets que des aimants à l’effigie du desperado de l’ordure sur le www.mcgilles.com – est un franc amour du « kitsch ».

« J’aime l’émotion ” poursuit-il tel un poète verbomoteur. « Je sais que certaines personnes trouvent certaines des chansons que je fais jouer drôles parce qu’elles sont “mauvaises”, mais moi elles me “touchent”. » avoue le « disc jockey » d’un ton plus sérieux. « Tsé, comme dans certaines tounes country, quand le gars raconte comment il s’est fait laissé pis t’entends presque la larme au coin de l’oeil tomber, c’est ça qui m’allume! C’est un peu l’idée derrière MC Gilles aussi. C’est un animateur qui exagère, qui s’excite à rien et qui est trop content de faire passer ses disques à la radio! » Bien que l’idée d’être diffusé sur les ondes d’une émission promouvant « la pire musique de poubelle jamais produite » pourrait froisser la couenne d’artistes plus sensible, MC Gilles s’est rarement fait chauffer la moustache. « La dernière fois qu’on m’a rapproché de quoi, c’est parce que j’avais fait remixer une chanson Numéro#. Y’ a de leurs fans qui se sont insurgés quand je me suis justifié en disant que c’était “le kitsch de demain” alors que les gars du “band”, eux, ont trouvé ça hilarant! »

Drôle de dichotomie qui entoure aussi Dave Ouellet. En plus de prêter sa voix et ses « Oh que oui! » à MC Gilles et sa sélection de disques à rabais, ce bachelier en sciences politiques a aussi géré deux radios étudiantes par le passé. Observateur privilégié de la fameuse émergence musicale au Québec, il constate aussi que la ligne est mince entre la mine d’or puis le goudron et les plumes. « Je parlais aux gars d’Omnikrom en coulisse à l’Autre gala de l’ADISQ et ils me disaient qu’ils allaient sûrement “caller malade” le lendemain. La plupart de ces gars-là gagnent des prix et créent tout un “buzz” autant autour d’eux, mais doivent quand même conserver des “day jobs” pour survivre! » Outre le manque flagrant de soutien aux infrastructures de l’industrie indépendante (parlez-en au Va-et-vient, aux Ghoulunatics et Fifth Hour Hero qui ont tous levé les feutres plus tôt cette année), Ouellet s’en fait aussi pour un des principaux moteurs de la musique alternative de la Belle Province. « J’aide présentement une radio étudiante de Hull à se tailler une place sur la bande FM. Plusieurs organisations veulent le même “spot” qu’eux, dont le conglomérat Corus. Devinez qui va l’avoir?» soupire Ouellet. « Mais on n’va pas se décourager, pis on va continuer de pousser et de se battre. » conclut-il avec sagesse avant de se lancer dans un bilan plus personnel de l’année.

Tes coups de coeur?

Le disque de Jacques Villeneuve. Peu de ventes, mais ça demeure un moment d’anthologie! La première canadienne de L’Âge des Ténèbres de Denis Arcand en exclusivité à Grande-Prairie en Alberta devant DEUX spectateurs! La commission Bouchard-Taylor qui a donné lieu au meilleur show d’humour de l’année et Céline qui chante en se gargarisant à la télé américaine.

Tes coups de gueule?

Le Motel Canada de Greenfield Park qui ferme ses portes après 47 ans de loyaux services. Marie-Chantal Toupin qui retourne avec son gérant après nous avoir cassé la tête durant deux années en répétant qu’il était le pire homme au monde. Stéphane Dion qui refuse l’invitation de venir courir avec Infoman à la course de citrouilles géantes de Bécancour. Le réchauffement de la planète qui devrait bientôt emporter au loin les pêcheurs sur la glace et leurs cabanes de Ste-Anne de La Pérade puis le maire remplaçant Jolicoeur qui se prend pour Dieu le Père au lendemain du décès de la mairesse Boucher.

Qu’est-ce qu’on devrait surveiller en 2008?

Un disque pour prouver que MC Gilles peut lui aussi faire de la musique de sous-sol, un party « Trash ton 400ième » dans une taverne de la ville de Québec et le retour de Geneviève Jeanson à la discipline du bridge aux Jeux olympiques en Chine!

Qu’est-ce que tu veux pour Noel?

Des « vényres»! Je veux continuer de tester mon plancher « ho-ma-ien». Jusqu’à combien résistera-t-il?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *