« Perdus… dans le bon sens »

C’est sur cette phrase que Claude Bégin d’Accrophone termine notre entrevue à propos de Movezerbe, le nouveau collectif hip-hop auquel il collabore. Mais avant, interview et tentative de débroussaillage.

« On n’avait pas de concept, juste un défi » résume Bégin. Rejoint sur son cellulaire la veille du lancement, Claude se cherche un coin tranquille dans la cohue des derniers préparatifs. « C’était un projet de longue date qui tardait à cause de nos carrières parallèles. » poursuit-il lorsqu’on lui demande pourquoi la troupe (formée aussi de son collègue Eman, des 2 Tom, Boogat, Karim Ouellet, et d’AbidboX) s’est « isolée » collectivement en campagne. « C’était le seul de finalement se retrouver. » Une rencontre qui n’avait rien d’une sinécure.

« Ça a quand même brassé » lance-t-il à propos de la collaboration forcée dans l’ermitage. « Surtout au niveau concret : qui fait quoi ? Au départ, on n’avait pas d’idée musicale. On « jammait » et on écrivait tous ensemble, mais qui allait s’installer à l’ordinateur? Qui allait faire quoi dans telle toune et comment? » Les semaines passent, les morceaux s’emboîtent, la tribu est satisfaite. « On est arrivé à une cohésion, à un son. C’est funk, c’est rap, c’est reggae, mais c’est du Movezerbe d’un bout à l’autre. » Un son qui sonne presque en désaccord une fois de retour dans la grande ville.

Contrairement au Omnikrom, Arvida Crew et autres projets empruntant – de près ou de loin – le son de la « French touch » et s’accaparant l’attention de la blogosphère et radios universitaires, Movezerbe opte pour un son organique, « old school ». Un choix qui n’en est pas un. « Ça a adonné comme ça, tout simplement. On voulait plus jouer avec nos instruments qu’avec le « sampling ». La tendance électro à la TTC, on n’écoute plus ou moins ça alors c’est pas en réaction pour ou contre. »

Alors que Movezerbe déploie son premier compact Dendrophile, Bégin se tient dangereusement occupé. En plus de jeter les bases d’un projet folk (?!) avec un des 2 Tom, il paquette micros et manteau pour une nouvelle tournée d’Accrophone… en Chine! « On a reçu un appel pour une tournée en Asie. » conclue-t-il rapidement. « On n’y a pas cru jusqu’à ce qu’on reçoit l’horaire. On va y faire 10 villes! Le genre de truc auquel tu rêves, mais que tu n’y crois pas. Un peu comme Movezerbe (NDLR vous voyez comment il me ramène dans le sujet principal? Claude est un pro, pas de doute), on ne s’enlignait pas automatiquement vers un album hip-hop. Ça aurait pût être un truc plus reggae ou encore un disque carrément rock, mais on s’est perdus… dans le bon sens ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *