Patrick Watson – Close To Paradise

(Secret City Records)

Troubadour californien, montréalais d’adoption et nouvel enfant prodigue (certains médias le comparaient déjà aux Dears ainsi qu’à Arcade Fire dès le lendemain de son lancement), Patrick Watson – à ne pas confondre avec le percussionniste de Weezer – n’est pas si près du septième ciel avec sa deuxième offrande Close To Paradise. En plus d’avoir bossé pour le Cirque du Soleil et accompagné « the godfather of soul» James Brown en tournée, Watson a autant enregistré à Montréal qu’à New York et s’est notamment entouré de collaborateurs comme Amon Tobin et la sirène folk Katie Moore. Bref, outre tout le « hype» et le « glamour» entourant le personnage et son CD, Close To Paradise demeure un bon album suscitant autant The Beatles que Rufus Wainwright et les premières oeuvres de Radiohead, mais ne vous fera pas monter aux cieux pour autant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *