Karkwa – Les tremblements s’immobilisent

(Audiogram/Sélect)

Quintet qui a crée une véritable onde de choc avec son premier album Le pensionnat des établis en se issant autant sur les palmarès des radios universitaires que sur ceux des hebdomadaires locaux en 2003, tout porte à croire que le second opus de Karkwa Les tremblements s’immobilisent causera autant de secousses en 2006.

Enregistrées après une année et demie de tournée, ces compositions s’immobilisent donc sur des fondations solides. Bien que Louis-Jean Cormier (à la voix ainsi qu’à la guitare) et ses compères François Lafontaine (aux claviers), le percussionniste Julien Sagot, Stéphane Bergeron (à la batterie) et Martin Lamontagne (à la basse) n’oscillent plus autant vers les sonorités jazz et funk qu’on pouvait retrouvées sur l’album précédent, leurs compositions tonnent toujours et demeurent aussi complexes qu’orchestrales. Les textes, eux, demeurent aussi riches et poétiques, mais on aurait apprécié que le discours des pièces plus engagées secoue davantage.

La seule faille – aussi infime puisse-t-elle être – des Tremblement s’immobilisent peut aussi être sa grande force auprès de certains amateurs : ses inspirations « brit rock ». Ainsi, les mélomanes frémiront autant sur les arrangements épiques de guitares à la Muse sur Red light (en duo avec Brigitte Fontaine) que sur des pièces comme La Fuite ou Le coup d’état qui semblent pastichées le fameux Kid A de Radiohead. Bref, tout comme le nom de l’album l’indique, la ligne directrice de Karkwa se veut maintenant moins cahoteuse, plus stable, voire plus homogène.

Avec la machine Audiogram derrière eux et un album profitant d’une production hyper léchée, il ne fait aucun doute que plusieurs barrières vont s’effondrer pour Karkwa. Des radios communautaires aux radios commerciales, de groupe invité à des festivals à têtes d’affiches, Les tremblements s’immobilisent est autant un album pop rock solide qu’un présage de l’ampleur que pourrait prendre notre scène locale auprès des médias de masse en 2006.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *