Eagles Of Death Metal – Drôles d’oiseaux

En tournée cet été avec la sulfureuse Peaches, les Eagles Of Death Metal entretiennent le mythe « sexe, drogues et rock n’ roll ».

« Pour moi, la moustache est un symbole de masculinité. Tom Selleck, Charles Bronson et John Holmes, ça c’est ce que j’appelle de vrais hommes ! » lance le moustachu chanteur et guitariste Jessie « The Devil » Hughes au volant de sa voiture roulant en direction d’Hollywood. Ami d’enfance de Josh Homme (leader des formations Kyuss et Queens Of The Stage), c’est d’ailleurs grâce à ce dernier si Hughes est passé de superviseur d’une compagnie de distribution de vidéo à l’épitome même de la « rock star ».

Après une apparition sur la compilation The Desert Sessions Volumes 3 & 4 réalisé par Homme et lancée en 1998, les Eagles Of Death Metal ont finalement lancé leur premier album Peace, Love, Death Metal en 2004. Succès retentissant, plusieurs pièces du compact seront repiquées pour des pubs de Pontiac, Budweiser et même Wendy’s. « Tant qu’à prêter nos chansons à des produits, autant les associer à des produits qui font danser. C’est pourquoi on ne s’associera jamais à des suppositoires ou à Preparation H. » rigole « The Devil » quelques kilomètres plus loin.

En avril dernier, les Aigles endisquaient finalement un deuxième CD intitulé Death By Sexy. « On pourrait dire que c’est un album plus ambitieux que le premier » confie Jessie avant de spécifier « On s’entend que quand je dis qu’il est plus sophistiqué, ça demeure très « red neck » comme approche ! » Personnage controversé, la moustache de Jesse Hugues cache une grande gueule. « Plusieurs problématiques me préoccupent toujours. » répond le diable lorsqu’on lui rappelle ses études universitaires en journalisme politique. « Par exemple, tout ce qui concerne les Nations Unies et l’économie globale m’embête. Je crois que chaque pays devrait s’arranger avec ses propres problèmes. »

Prochainement de passage à Montréal en compagnie de la reine de l’electro choc Peaches, Jessie se promet toute une soirée. « Il va pleuvoir des soutiens-gorge, ça je peux vous le promettre ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *