De la dope dans tes oreilles

jeanson

1997, Geneviève Jeanson file à toute allure. La sueur perle sur son front. Elle n’entend plus la friction des pneumatiques sur le bitume, ni le cliquetis mitraillé de la chaîne du vélo. Les muscles sont endoloris, les doigts se crispent sur les guidons, le but demeure le même : le Championnat du monde junior (qui lui vaudra d’ailleurs une troisième place quelques mois plus tard). Pendant ce temps, une bande de geeks de Californie assemble un engin qui serait démonisé des années par la suite. On ne parle pas de SkyNet, mais d’Antares Technology. Ils ne se spécialisent pas dans la vente d’androïdes Terminator, mais de processeurs Auto-Tune qui permet de « corriger » certaines « imperfections » lors de l’enregistrement d’une chanson. Discussion mi-rock, mi philosophique sur le « dopage musical » avec Yann Godbout d’Half Baked (centuryoffoam.com pour plus de détails).

Bien qu’omniprésent sur les ondes FM de nos jours (Kanye West en abuse notamment sur « Love Lockdown » alors que T-Pain en est littéralement accro), il faut sûrement remonter jusqu’au fameux « Believe » de Cher pour constater les premiers méfaits d’Auto-Tune (l’esti d’effet d’robot, c’est l’Auto-Tune crinqué à onze). Lorsqu’utilisé avec minutie, Auto-Tune permet toutefois surtout de corriger la hauteur tonale (le « pitch », tsé) de la voix et des instruments. Est-ce « tricher »? « C’est quoi dénaturer une toune? » se questionne Yann Godbout avant d’enchaîner avec une autre colle « C’est quoi la nature d’une toune? » Bonnes questions, en effet.

« Pour moi ce qui est important c’est de donner à la toune ce que la toune a besoin pour être bonne. » poursuit-il. « Utiliser Auto-Tune de façon intelligente dans un style qui ne s’y prête pas peut être un “feature ” intéressant dans une chanson. » « Harder, Better, Faster, Stronger » de Daft Punk vient notamment en tête avec sa surdose d’Auto-Tune amplifiant un texte prônant déjà le dépassement. Godbout enchaîne : « Je prône bien sûr ici l’utilisation créative de la technologie. Je trouve un peu déplorable la simple utilisation de l’Auto-Tune pour répondre aux standards de l’industrie. Pas seulement l’over-utilisation a la mode en ce moment, mais bien la standardisation de la voix. » ajoute celui qui a d’ailleurs eu recours au procédé pour Half Baked Sings The Century Of Foam For Your Pleasure, la plus récente offrande de son projet musical pour ensuite aborder l’aspect philosophique de la chose. « Selon moi, puisque chaque être humain est unique comme un flocon de neige, une voix humaine normale est “off key” par définition. Vouloir la purifier peut tuer l’âme d’une performance. » D’un point de vue mercantile toutefois, plusieurs chanteurs country utiliseraient le bidule lors de leurs concerts afin de garantir au public « qu’il en a pour son argent » selon un article du Boston Herald publié en février 2007. Évidemment, cet « as dans la manche » n’a pas que des fans.

À la dernière édition de la cérémonie des Grammy, les membres de Death Cab For Cutie font parler d’eux en se pointant au gala avec des rubans bleus sur leurs smokings pour se montrer contre l’utilisation du fameux processeur (parce que le sida et le cancer ne sont plus des causes indie émergentes, bien sûr). Quelques mois plus tard, Jay-Z téléverse « Death To Autotune », un brûlot dénonçant lui aussi le machin. Godbout leur réplique : « Les gros artistes ne divulguent pas toute l’information et créent ainsi des standards éthiques qui sont faux. Jay-Z, qu’il n’en mette pas sur sa voix ok, mais je suis sur qu’il y en a ailleurs. Pour Death Cab, je comprends qu’une vraie bonne performance sera toujours plus belle que n’importe quoi de trafiqué. Je comprends qu’une voix entrainée sera toujours plus jolie qu’une voix traitée. Probablement que Death Cab n’utilise pas du tout l’Auto-Tune, même pas sur le drum. Même pas sur une petite fioriture de guitare. Mais ils ont des budgets de fous, des techniciens qui ajustent leurs instruments, des micros vintage des années “50, etc. Facile de dire que tu es contre, si tu n’en a tout simplement pas besoin.” Vlan!

Et Godbout de conclure : “Même si la mode à la Akon et T-Pain s’estompe, l’Auto-Tune sera toujours présent! J’en profite d’ailleurs pour mentionner un des grands problèmes de l’industrie musicale québécoise : on n’a pas de spécialiste d’Auto-Tune. Une bonne utilisation d’Auto-Tune ne se remarque pas. Il se colle a la voix qu’il traite. Au Québec, on l’entend partout sur les ondes FM : de Dany Bédard à Clément Jacques. Qu’on entende l’Auto-Tune quand on n’est pas sensé, ça c’est un drame. Qu’on l’utilise pour ce qu’il a à nous offrir, ça c’est le progrès!”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *