En croisade

Figure de proue de l’édition 2007 du Warped Tour, Bad Religion veut convertir une nouvelle génération.

« Je ne m’en soucie pas vraiment, à vrai dire. » lance Brian Baker lorsqu’on l’interroge sur le côté corporatif du Warped Tour. Alors que leurs collègues de The Queers et Propaghandi dénoncent l’association de la tournée estivale de musique à des commanditaires comme la compagnie Vans, le guitariste de la formation politisée Bad Religion préfère voir l’événement comme un gigantesque porte-voix. « À mon humble avis, l’idée de communiquer le message et la musique à un plus grand public est plus importante et les festivals musicaux, qu’ils soient punk ou rock, commandités ou non, aident beaucoup. Tout comme le téléchargement pendant qu’on y est. » De retour sur scène avec un nouveau compact sous le bras, le collectif californien chante cet été l’évangile de New Maps Of Hell.

« C’est une formule clichée, mais cet album est un retour aux sources. » poursuit Baker. « Chaque disque de Bad Religion est inspiré de la situation sociale de son époque. Alors que The Empire Strike First était influencé par l’administration Bush, on s’est remis à l’écriture de chansons abordant des sujets plus internationaux sur New Maps Of Hell comme “Grains Of Wrath” qui a notamment été influencé par l’exploitation de pétrolières d’Amérique du Sud où on transforme les récoltes de pauvres fermiers en carburant destiné aux pays plus riches. » Bref, le genre de discours contestataire caressant les oreilles de Brian depuis sa tendre enfance.

Outre son association à Bad Religion depuis 1996, Brian Baker est surtout connu comme l’un des membres fondateurs de Minor Threat. « J’apprécie le fait que plusieurs considèrent Minor Threat comme une formation séminale du punk en tant que style musical, mais… ça fait tellement longtemps et nous étions si jeunes! “se rappelle Brian en rigolant. ‘Lorsqu’on a démarré le groupe, je n’avais que 15 ans, c’était carrément une activité parascolaire. Comme si ce n’était pas assez, le guitariste très prisé a aussi collaboré avec un projet québécois par le passé. ‘En fait, ma participation au sein de Pénélope était plus une faveur à mon pote Dave Smaller qui produisait leur album, que d’autres choses. Mais j’en garde tout de même un excellent souvenir!’

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *